Mesures institutionnelles

Le cadre juridique énergétique national repose désormais sur deux lois phares, à savoir la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables et la loi 47-09 relative à l’efficacité énergétique. Par ailleurs, le dispositif institutionnel a été renforcé par la création de nouvelles institutions, comme MASEN, l’ADEREE, IRESEN, SIE et le Fonds de Développement Énergétique.

De nouvelles réformes ont été engagées récemment pour assurer un déploiement opérationnel de la stratégie énergétique, encourager les investissements privés et pour promouvoir la création d’emplois. Il s’agit essentiellement :

  • Développement de l’utilisation à grande échelle du Photovoltaïque (PV) dans le résidentiel et le tertiaire raccordés en basse tension ;
  • Ouverture de la moyenne tension pour permettre le développement de projets de centrales solaires photovoltaïques dont la production est destinée aux consommateurs raccordés en moyenne tension ;
  • Mise en place de programmes d’accompagnement en matière d’intégration industrielle et de Recherche et Développement (R&D) dédiés au PV ;
  • L’introduction à grande échelle du gaz naturel dans le mix énergétique ;
  • La mise en place d’une Autorité indépendante de Régulation de l’Énergie qui constitue un signal fort de modernisation du secteur et d’indépendance par rapport aux opérateurs du secteur électrique ;
  • Le Renforcement du cadre réglementaire relatif à l’efficacité énergétique.

Mesures d’accompagnement

Au-delà des aspects réglementaires et institutionnels, la stratégie énergétique intègre également les axes économiques et sociaux, et ce à travers le développement de plusieurs volets :

  1. Volet Intégration industrielle, R & D et Innovation

    La Recherche et Développement représente une composante majeure de la stratégie marocaine. Le Maroc ambitionne de se positionner comme tête de pont technologique dans la région Euro-méditerranéenne et en Afrique. A travers l’Institut de Recherche en Énergie Solaire et Énergies Nouvelles (IRESEN), deux instruments ont été mis en place.

    • Le premier instrument lancé en 2012 correspond au financement de projets collaboratifs de recherche appliquée. Ces derniers sont dédiés aux technologies des énergies renouvelables et impliquent aussi bien les entreprises, les universités marocaines et étrangères.
    • Le deuxième instrument étant la mise en place de la plateforme de test, de recherche et de formation « Green Energy Park », impliquant plusieurs partenaires marocains et étrangers de renommée internationale. Cette plateforme constitue une première en Afrique.
  2. Volet Formation

    Le Ministère de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement a entrepris, en collaboration avec le Département de la Formation Professionnelle, la réalisation des études préparatoires à la création de trois Instituts de Formation aux Métiers des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique (IFMEREE) à Oujda, Tanger et Ouarzazate. Quant à l’institut d’Oujda, qui a ouvert ses portes en fin 2015, le référentiel de compétences ainsi que le programme de formation continue au profit des formateurs ont été élaborés avec l’équipe de l’Allemagne.